Château accrobranche

La restriction des 100 km du déconfinement étant levée, mon acolyte et moi pouvons enfin nous lancer dans une journée complète d’exploration. Aujourd’hui je vous présente le premier lieu visité de ce mini road-trip !

C’est avec nostalgie que je me rends dans cette ville de Franche-comté. Cette même ville où j’ai passé cinq années de ma vie à étudier. Située aux abords d’un centre aéré et d’un accrobranche, cette demeure bourgeoise fut construite en 1854. Alors propriétaire du château, une duchesse mère de quatre enfants, veuve depuis le décès de son époux durant la première guerre mondiale, vendit le château à la ville en 1937. En effet cette femme avait la réputation d’être très dépensière, ce qui l’obligea à se séparer de sa demeure. Suite à cette vente, l’édifice connaîtra plusieurs affectations. Il accueillera des soldats alliés pendant la seconde guerre mondiale, deviendra une auberge de jeunesse post guerre puis servira de local à un organisme de formation jusqu’en 2005. Inoccupé depuis, la ville cherche à le vendre depuis 2008.

Après un accès plutôt compliqué et dangereux, je me retrouve au sous-sol. Je fais rapidement le tour de ce niveau très peu intéressant et me rends au rez-de-chaussée.

À peine arrivé au rez-de-chaussée que j’aperçois cet escalier. Escalier qui s’avérera être la seule chose intéressante de ce château. Mais je vous assure qu’il en vaut la peine !

La suite du rez-de-chaussée est très très sombre. En effet chacune des ouvertures de ce château ont été murées. En plus du manque de luminosité, les pièces sont vides et mal en point.

Les dernières activités du château ont profondément modifié son architecture intérieure, comme en témoigne ce sas d’entrée.

Un peu déçu par le premier niveau de ce lieu, il est temps d’emprunter cet imposant escalier.

À mi-étage on peut commencer à admirer l’architecture mise en valeur par la lumière issue de la verrière. L’occasion idéale pour adopter une position à la fois désagréable et étrange pour photographier tout ça !

Malheureusement cet étage sera du même acabit que le rez-de-chaussée. Des pièces vides sans aucun charme et attaquées par la moisissure. Ce petit escalier me mènera aux combles qui sont vides elles aussi.

Ma visite touchant à sa fin, il est temps pour moi de jouer au mannequin et d’admirer une dernière fois cet escalier.


Certes ce château n’est pas le plus beau, ni le plus grand. Mais comme vous le savez si vous suivez mes aventures, j’adore les escaliers. Alors inutile de vous dire que j’ai passé un super moment à découvrir et photographier celui-ci qui est l’un des plus beaux qu’il m’ait été donné de voir.

Comme à l’accoutumée je vous laisse sur ces quelques clichés. A bientôt pour de nouvelles explorations !

Perspective et architecture
L’escalier à mi-étage
L’escalier d’un point de vue surélevé
L’escalier vu du haut
Vue trois quarts
L’attaque de la moisissure
Ornement du hall d’entrée
Dernier regard sur le château

4 commentaires sur « Château accrobranche »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s